Emmanuelle Léonard projets images vidéos textes english


Le Huitième Jour 1967-2017



Le Huitième Jour 1967-2017


Le Huitième Jour 1967-2017


Le Huitième Jour 1967-2017


Le Huitième Jour 1967-2017


Le Huitième Jour 1967-2017


Le Huitième Jour 1967-2017


Le Huitième Jour 1967-2017


Le Huitième Jour 1967-2017


Le Huitième Jour 1967-2017


Le Huitième Jour 1967-2017

video
Le Huitième Jour s’inspire du court métrage que l’artiste québécois Charles Gagnon réalisa pour le pavillon Chrétien, l’un des trois pavillons religieux d’Expo 67. Composé de séquences d’actualités de l’époque, il expose une critique virulente des technologies de guerre, de la violence et du consumérisme d’après-guerre. L’installation vidéo en deux projections d’Emmanuelle Léonard est la suite directe du film de Gagnon : dans un collage de séquences tirées de centaines de milliers de sources Internet, l’artiste témoigne de conflits de 1967 à nos jours. Les documents proviennent de diffusions d’archives télévisuelles, étatiques ou militaires, de matériel d’autopromotion de guérillas ainsi que de propagande de divers camps. L’évolution des technologies est rendue manifeste par les différences de qualité et de format des images alors que la projection passe de l’analogique au numérique, que les enregistrements sont tantôt faits à l’aide de téléphones portables, tantôt captés par des drones et des détecteurs infrarouges. Léonard a choisi de retenir des activités quotidiennes – marcher au pas, avancer péniblement à travers la jungle, courir, s’asseoir et attendre dans des camps de fortune – et de demeurer au niveau du sol dans le but précis de subvertir les images de guerre de haute technologie privilégiées par l’armée.
Le Huitième Jour 1967-2017, 2017 Projection vidéographique, 16 min, son



Emmanuelle